L'argentavis

Ta le look coco !

Il vivait au miocène supérieur et avait une envergure deux fois plus importante que l’albatros hurleur, le plus grand oiseau actuel.

Cet oiseau avait des ailes immenses par rapport à la taille de son corps. Bien que l’on ait retrouvé que quelques fossiles mais aucun squelette entier, on estime son envergure à près de 7,30 mètres.

Il possédait un bec crochu et très gros comme les vautours.

Au miocène supérieur, les grandes plaines d’Amérique du sud étaient riches en mammifères herbivores. La nourriture était donc abondante pour un prédateur aussi bien qu’un charognard.

Répartition et mode de vie

Il planait au-dessus des plaines d’Argentine, il y a environ 10 millions d’années.

Un oiseau de cette taille ne volait sûrement pas en battant des ailes. Il devait conserver son énergie en planant.
Il est fort probable qu’il devait s’élancer d’une hauteur et profiter des courants thermiques ascendants.

Argentavis était plus étroitement apparenté aux cigognes qu’aux oiseaux de proie. Il proviendrait d’ailleurs de la même branche que les cigognes, se séparant d’elles au début du tertiaire.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×